Mikrobiota und Infektion: Die Rolle der Darmmikrobiota bei der Entwicklung von chronisch entzündlichen Darmerkrankungen (CED) - Microbiota Care
Telefon

+337-751-7890

E-Mail

[email protected]

Die Öffnungszeiten

Mon - Fri: 7AM - 7PM

Einführung

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), comprenant la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique, sont des pathologies complexes et multifactorielles qui résultent d’une interaction entre des facteurs génétiques, environnementaux et microbiens. Ces dernières années, de nombreuses études ont mis en lumière le rôle crucial du microbiote intestinal dans le développement et la progression des MICI. Ce texte vise à approfondir notre compréhension de la composition du microbiote intestinal, son influence sur les MICI et les facteurs susceptibles d’affecter cet équilibre délicat.

Zusammensetzung der Darmmikrobiota

Die Darmmikrobiota besteht aus Milliarden von Mikroorganismen wie Bakterien, Viren und Pilzen, die sich in unserem Verdauungstrakt aufhalten. Diese Mikrobengemeinschaft spielt eine wesentliche Rolle bei der Verdauung von Nahrung, der Regulierung des Immunsystems und dem Schutz vor Krankheitserregern. Die wichtigsten Kategorien von Bakterien, die in der menschlichen Mikrobiota vorkommen, sind :

  • Firmicutes : Ils représentent environ 60 % à 80 % des bactéries intestinales totales chez l’adulte sain.
  • Bacteroidetes : Ils constituent environ 20 % à 40 % du total des bactéries intestinales chez l’adulte sain.
  • Actinobacteria : Ils représentent une proportion relativement faible mais significative du total des bactéries intestinales chez l’adulte sain.
  • Proteobacteria : Ils sont également présents en faible proportion dans le microbiote intestinal de l’adulte sain.
Lesen Sie auch :  Mikrobiota und Migräne: Die Verbindung zwischen unserem Darm und unseren Kopfschmerzen

Umweltfaktoren, die die Zusammensetzung der Mikrobiota beeinflussen

Mehrere Faktoren können die Zusammensetzung und Vielfalt der Darmmikrobiota beeinflussen, darunter :

  • L’alimentation occidentale : Une alimentation riche en graisses saturées, sucres ajoutés et aliments transformés peut altérer l’équilibre du microbiote intestinal. En revanche, une alimentation riche en fibres provenant de fruits, légumes et grains entiers favorise un microbiote diversifié et équilibré.
  • Akute gastrointestinale Infektionen : Les infections virales ou bactériennes peuvent perturber temporairement la composition du microbiote. Cependant, il est possible que le rétablissement d’un équilibre normal se fasse avec le temps après la résolution de l’infection.
  • Utilisation d’antibiotiques : Antibiotika können zu einer Dysbiose führen, indem sie nicht nur Krankheitserreger, sondern auch die guten Darmbakterien eliminieren. Diese Störung kann langfristige Folgen für die Darm- und allgemeine Gesundheit haben.
  • Hygienische Hypothese : Une exposition réduite aux microbes dès le plus jeune âge peut compromettre le développement d’un microbiote diversifié et équilibré. La naissance par césarienne, l’allaitement maternel insuffisant et l’utilisation excessive d’antibiotiques pendant l’enfance sont autant de facteurs qui peuvent contribuer à cette situation.
  • Stress und Lebensstil : Le stress chronique, le manque d’exercice physique et un sommeil insuffisant ou perturbé peuvent également influencer la composition du microbiote intestinal.
Lesen Sie auch :  Mikrobiota und Fruchtbarkeit: Der Einfluss des vaginalen Mikrobioms auf den Erfolg einer Schwangerschaft

Dysbiose und Ausbruch von IBD

Eine Darmdysbiose, die durch ein quantitatives oder qualitatives Ungleichgewicht der Mikrobiota gekennzeichnet ist, kann der Entwicklung von IBD vorausgehen. Es wurden mehrere potenzielle Mechanismen identifiziert:

  • Chronische Entzündung : Une dysbiose peut induire une réponse inflammatoire inappropriée au niveau de l’intestin, contribuant ainsi à la survenue des MICI. Des études ont montré que les personnes atteintes de MICI présentent souvent une diminution des bactéries anti-inflammatoires (comme Faecalibacterium prausnitzii) et une augmentation des bactéries pro-inflammatoires (comme Escherichia coli).
  • Fehlfunktion der Darmbarriere : Un déséquilibre du microbiote peut altérer l’intégrité de la barrière intestinale, favorisant ainsi le passage de substances nocives à travers celle-ci. Cette perméabilité accrue pourrait permettre aux agents pathogènes et aux toxines d’accroître encore davantage l’inflammation intestinale.
  • Veränderte Immunregulation Die Mikrobiota ist an der Reifung und der normalen Funktion des intestinalen Immunsystems beteiligt. Eine Dysbiose kann diese immunologische Regulation stören und dadurch unangemessene Reaktionen auf Nahrungsmittel- oder bakterielle Antigene begünstigen, was zur Entwicklung von IBD beiträgt.

Genetische Anfälligkeit für IBD

Certaines personnes présentent une prédisposition génétique aux MICI. Des mutations dans certains gènes impliqués dans l’immunité innée ou adaptative peuvent augmenter le risque de développer ces pathologies en présence d’une dysbiose intestinale. Plus de 200 loci génétiques ont été associés à un risque accru de MICI, dont :

  • NOD2: Dieses Gen wird stark mit Morbus Crohn in Verbindung gebracht und spielt eine Schlüsselrolle bei der Erkennung von Bakterien durch das Immunsystem.
  • IL23R: Dieses Gen ist an der Regulierung von Entzündungsreaktionen beteiligt und wurde sowohl mit Morbus Crohn als auch mit Colitis ulcerosa in Verbindung gebracht.
  • ATG16L1 : Ce gène participe au processus d’autophagie cellulaire, qui aide les cellules à décomposer les agents pathogènes intracellulaires. Des mutations dans ce gène ont été associées principalement à la maladie de Crohn.
Lesen Sie auch :  Mikrobiota und Stress: Wie ein Ungleichgewicht im Darm Depressionen verursachen kann

Potenzielle Rolle spezifischer pathogener Mikroorganismen

Certaines souches bactériennes comme Escherichia coli entéro-invasives (EIEC) ou certaines espèces telles que Fusobacterium nucleatum pourraient jouer un rôle clé dans l’initiation ou l’exacerbation des MICI chez certains individus prédisposés génétiquement. D’autres microorganismes, tels que les virus et les champignons, pourraient également contribuer à la pathogenèse des MICI.

Schlussfolgerung

En conclusion, le lien entre le microbiote intestinal et les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin est indiscutable. Comprendre comment les facteurs environnementaux modulent cette communauté microbienne pourrait permettre d’identifier de nouvelles stratégies thérapeutiques pour prévenir ou traiter efficacement ces affections débilitantes. Des approches telles que la modification du régime alimentaire, la transplantation de microbiote fécal ou l’utilisation de probiotiques et prébiotiques ciblés sont autant de pistes prometteuses qui méritent d’être explorées davantage.

Empfohlene Artikel

de_DEGerman