Microbiota en infectie: de rol van de darmmicrobiota bij de ontwikkeling van chronische inflammatoire darmziekten (IBD) - Microbiota Care
Telefoon

+337-751-7890

E-mail

[email protected]

Openingstijden

Ma t/m vr: 07:00-19:00

Inleiding

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), comprenant la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique, sont des pathologies complexes et multifactorielles qui résultent d’une interaction entre des facteurs génétiques, environnementaux et microbiens. Ces dernières années, de nombreuses études ont mis en lumière le rôle crucial du microbiote intestinal dans le développement et la progression des MICI. Ce texte vise à approfondir notre compréhension de la composition du microbiote intestinal, son influence sur les MICI et les facteurs susceptibles d’affecter cet équilibre délicat.

Samenstelling van de darmmicrobiota

De darmmicrobiota bestaat uit miljarden micro-organismen, zoals bacteriën, virussen en schimmels, die zich in ons spijsverteringskanaal bevinden. Deze microbiële gemeenschap speelt een essentiële rol bij het verteren van voedsel, het reguleren van het immuunsysteem en het beschermen tegen ziekteverwekkers. De belangrijkste categorieën bacteriën in de menselijke microbiota zijn :

  • Firmicutes : Ils représentent environ 60 % à 80 % des bactéries intestinales totales chez l’adulte sain.
  • Bacteroidetes : Ils constituent environ 20 % à 40 % du total des bactéries intestinales chez l’adulte sain.
  • Actinobacteria : Ils représentent une proportion relativement faible mais significative du total des bactéries intestinales chez l’adulte sain.
  • Proteobacteria : Ils sont également présents en faible proportion dans le microbiote intestinal de l’adulte sain.
Zie ook:  Microbiota en diabetes: de cruciale rol van de darmmicrobiota in de mechanismen van diabetes

Omgevingsfactoren die de samenstelling van de microbiota beïnvloeden

Verschillende factoren kunnen de samenstelling en diversiteit van de darmmicrobiota beïnvloeden, waaronder :

  • L’alimentation occidentale : Une alimentation riche en graisses saturées, sucres ajoutés et aliments transformés peut altérer l’équilibre du microbiote intestinal. En revanche, une alimentation riche en fibres provenant de fruits, légumes et grains entiers favorise un microbiote diversifié et équilibré.
  • Acute gastro-intestinale infecties : Les infections virales ou bactériennes peuvent perturber temporairement la composition du microbiote. Cependant, il est possible que le rétablissement d’un équilibre normal se fasse avec le temps après la résolution de l’infection.
  • Utilisation d’antibiotiques Antibiotica kunnen dysbiose veroorzaken door niet alleen ziekteverwekkers te elimineren, maar ook goede darmbacteriën. Deze verstoring kan op lange termijn gevolgen hebben voor de darmgezondheid en de algemene gezondheid.
  • Hygiënehypothese : Une exposition réduite aux microbes dès le plus jeune âge peut compromettre le développement d’un microbiote diversifié et équilibré. La naissance par césarienne, l’allaitement maternel insuffisant et l’utilisation excessive d’antibiotiques pendant l’enfance sont autant de facteurs qui peuvent contribuer à cette situation.
  • Stress en levensstijl : Le stress chronique, le manque d’exercice physique et un sommeil insuffisant ou perturbé peuvent également influencer la composition du microbiote intestinal.
Zie ook:  Microbiota en endometriose: de invloed van darmmicrobiota op de gezondheid van mensen met endometriose

Dysbiose en het ontstaan van IBD

Intestinale dysbiose, gekenmerkt door een kwantitatief of kwalitatief onevenwicht in de microbiota, kan voorafgaan aan de ontwikkeling van IBD. Er zijn verschillende mogelijke mechanismen geïdentificeerd:

  • Chronische ontsteking : Une dysbiose peut induire une réponse inflammatoire inappropriée au niveau de l’intestin, contribuant ainsi à la survenue des MICI. Des études ont montré que les personnes atteintes de MICI présentent souvent une diminution des bactéries anti-inflammatoires (comme Faecalibacterium prausnitzii) et une augmentation des bactéries pro-inflammatoires (comme Escherichia coli).
  • Disfunctie van de darmbarrière : Un déséquilibre du microbiote peut altérer l’intégrité de la barrière intestinale, favorisant ainsi le passage de substances nocives à travers celle-ci. Cette perméabilité accrue pourrait permettre aux agents pathogènes et aux toxines d’accroître encore davantage l’inflammation intestinale.
  • Verstoorde immuunregulatie De microbiota is betrokken bij de rijping en het normaal functioneren van het intestinale immuunsysteem. Dysbiose kan deze immunologische regulatie verstoren, wat ongepaste reacties op voedsel of bacteriële antigenen stimuleert en bijdraagt aan de ontwikkeling van IBD.

Genetische vatbaarheid voor IBD

Certaines personnes présentent une prédisposition génétique aux MICI. Des mutations dans certains gènes impliqués dans l’immunité innée ou adaptative peuvent augmenter le risque de développer ces pathologies en présence d’une dysbiose intestinale. Plus de 200 loci génétiques ont été associés à un risque accru de MICI, dont :

  • NOD2: Dit gen is sterk geassocieerd met de ziekte van Crohn en speelt een sleutelrol in de herkenning van bacteriën door het immuunsysteem.
  • IL23R: Dit gen is betrokken bij het reguleren van ontstekingsreacties en is in verband gebracht met zowel de ziekte van Crohn als hemorragische rectocolitis.
  • ATG16L1 : Ce gène participe au processus d’autophagie cellulaire, qui aide les cellules à décomposer les agents pathogènes intracellulaires. Des mutations dans ce gène ont été associées principalement à la maladie de Crohn.
Zie ook:  Microbiota en UC: onderzoek naar de impact van spijsverteringspathogenen bij de behandeling van acute ernstige colitis geassocieerd met colitis ulcerosa

Mogelijke rol van specifieke pathogene micro-organismen

Certaines souches bactériennes comme Escherichia coli entéro-invasives (EIEC) ou certaines espèces telles que Fusobacterium nucleatum pourraient jouer un rôle clé dans l’initiation ou l’exacerbation des MICI chez certains individus prédisposés génétiquement. D’autres microorganismes, tels que les virus et les champignons, pourraient également contribuer à la pathogenèse des MICI.

Conclusie

En conclusion, le lien entre le microbiote intestinal et les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin est indiscutable. Comprendre comment les facteurs environnementaux modulent cette communauté microbienne pourrait permettre d’identifier de nouvelles stratégies thérapeutiques pour prévenir ou traiter efficacement ces affections débilitantes. Des approches telles que la modification du régime alimentaire, la transplantation de microbiote fécal ou l’utilisation de probiotiques et prébiotiques ciblés sont autant de pistes prometteuses qui méritent d’être explorées davantage.

Aanbevolen artikelen

nl_NLDutch